Actualités

Le Cameroun a adhéré au projet de libéralisation complète des services de transport aérien à l’intérieur du continent africain

Le Cameroun vient d’adhérer au Marché unique du transport aérien en Afrique (Mutaa), selon une annonce faite par la Commission africaine de l’aviation civile (Cafac).

A travers cette décision, indique la Cafac, le Cameroun intègre le projet de libéralisation complète des services de transport aérien à l’intérieur du continent africain. Ce qui signifie : libre accès au marché, droits complets de trafic de première, deuxième, troisième, quatrième et cinquième libertés pour ce qui concerne les services aériens réguliers.

Cependant, indique la Cafac, le Mutaa impose des critères d’éligibilité pour les transporteurs communautaires africains: normes de sécurité et de sûreté, mécanismes de concurrence loyale, un règlement des différends ainsi qu’une meilleure protection des consommateurs.

Le Cameroun devient le 28e Etat africain à signer son engagement solennel à l’adhésion au Mutaa qui compte 44 signataires au nombre desquels : l’Afrique du Sud, Bénin, Burkina Faso, Botswana, Cap-Vert, République Centrafricaine, République du Congo, Côte d’Ivoire, Egypte, Ethiopie, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Kenya, etc.

Le projet de Marché unique du transport aérien en Afrique est le résultat de l’application immédiate des principes de la Décision de Yamoussoukro (Côte d’Ivoire) adoptée en 1999 et approuvée par l’Assemblée des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine à Lomé (Togo), en juillet 2000.

S.A

Investir au Cameroun

Le nombre de médias privés au Cameroun en nette progression de 2013 à 2017

Le ministère de la Communication (Mincom) vient de publier des données dans le secteur des médias au Cameroun selon lesquelles, le nombre de médias est en nette progression.

Selon le fichier national du Mincom, sur une fourchette de 5 ans pratiquement, les statistiques indiquent qu’on est passé de 500 journaux privés en 2013 à 535 en 2017, 95 radios privées en 2013 à 314 en 2017, 22 télévisions en 2013 à 105 en 2017. « Cet accroissement est illustré par la cartographie des médias, la délivrance de nouvelles cartes de presse et de nouveaux agréments publicitaires.», commente le ministère de la Communication.

Au cours de la période sous revue, la réactivation de la Commission de délivrance de la carte de presse par arrêté n° 001/Mincom du 18 mai 2015, a permis en 2016 l’attribution de 863 cartes de presse sur 957 demandes contre 100 cartes en 2017 sur 125 demandes.

S’agissant de l’appui apporté aux entreprises privées de communication audiovisuelle, une aide financière est débloquée chaque année en faveur desdites entreprises. Cette aide régresse chaque année. A cet effet, une enveloppe de 270 millions FCFA a été mise à la disposition des médias au cours des années 2013 et 2014. Cette aide qui était de 240 millions FCFA en 2016 a connu une baisse pour se situer à 216 000 000 FCFA en 2017.

S.A

Investir au Cameroun

En 2019, le régulateur des télécoms au Cameroun envisage de recouvrer de force ses créances auprès des opérateurs de la téléphonie

«Notre défi est de veiller à ce que l’ensemble des engagements financiers pris en 2019 n’excèdent pas nos ressources propres. A cet égard, je vous invite à une gestion plus rigoureuse et à une exploitation effective de toutes les sources de gain possibles, notamment le recouvrement forcé de nos créances.».

Cette phrase prononcée le 7 février 2019 à Yaoundé, par Philémon Zo’o Zame (photo), le directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications (ART), sonne comme un ultime avertissement en direction des opérateurs du secteur de la téléphonie, qui tardent jusqu’ici à acquitter leurs créances vis-à-vis du régulateur.

En effet, l’on se souvient qu’à la fin du mois d’août 2017, le régulateur des télécoms au Cameroun avait notifié des sanctions aux opérateurs de téléphonie mobile MTN, Orange et Nexttel, ainsi qu’à l’entreprise publique Camtel, pour manquements aux obligations liées à l’identification des abonnés et à l’usage des fréquences radioélectriques.

Dans le détail, les trois opérateurs de mobile avaient écopé chacun d’une amende d’au moins 3 milliards de francs Cfa, assortie d’une réduction de la durée de la licence d’un an, pour certains d’entre eux ; tandis que Camtel avait été amendé à hauteur de 300 millions de francs Cfa. Soit au total une enveloppe d’environ 10 milliards de francs Cfa, que les opérateurs sanctionnés ne se pressent pas de payer.

BRM

Au Cameroun, les importations de parfums et produits de beauté ont coûté 114 milliards FCFA en 3 ans, avec un pic de 41,8 milliards FCFA en 2015

114 milliards de francs CFA. C’est l’enveloppe dépensée par les commerçants camerounais, pour importer les parfums et les produits de beauté au cours de la période 2015-2017, selon les statistiques du ministère du Commerce.

Pour la seule année 2015, apprend-on officiellement, les importations de ces produits ont coûté 41,8 milliards de francs CFA, contre respectivement 38,4 et 33,8 milliards de francs CFA, en 2016 et 2017.

Ces importations de parfums et produits de beauté sont certainement plus importantes, au regard de l’intense activité de contrebande développée autour de ces produits, notamment aux frontières camerounaises avec les pays voisins tels que la Guinée équatoriale, dans la région du Sud, et le Nigeria, dans la partie septentrionale et la région du Sud-Ouest.

Toutes ces importations viennent en concurrence à une production locale plutôt dynamique (notamment celle des produits de beauté), grâce à des opérateurs tels que les Parfumeries Gandour (en cessation d’activités après un incendie qui a consumé ses installations à Douala), ou encore les Laboratoires Biopharma, entreprise qui revendique 20% du marché local des produits cosmétiques.

En plus des exportations vers certains pays de la zone Cemac, ce leader du marché des cosmétiques au Cameroun, apprend-on, envisage des implantations au Nigeria, la 2ème économie du continent africain, en République démocratique du Congo et en Côte d’Ivoire.

BRM

Investir au Cameroun

Cameroun – Aviation civile: une mission de l’OACI inspecte la centrale solaire de l’aéroport de Douala

Une délégation de l’OACI a bouclé le 13 février 2019 deux jours de travaux pour s’assurer notamment de la conformité de la centrale solaire.

La centrale est fonctionnelle depuis son inauguration le 10 janvier 2019, mais «nous devrions conduire des tests de confirmation, pour nous assurer que toutes les spécifications techniques contenues dans le cahier de charges sont respectées», a indiqué Eduardo Caldera dans les colonnes de Cameroon Tribune du 14 février 2019.

Le coordonnateur de programmes à l’Organisation de l’Aviation civile internationale (Oaci), résumait ainsi la mission de deux jours déployée autour du champ de panneaux solaires installés à l’aéroport international de Douala. Une opération qui a regroupé, outre l’Oaci, la Cameroon Civil Aviation Authority (Ccaa), les Aéroports du Cameroun (Adc) et l’entreprise Sagemcom, qui a installé les panneaux.

«Nous sommes heureux de constater que tout a été construit selon les spécifications du contrat», a ajouté M. Caldera, qui s’exprimait de la sorte au terme d’une réunion de débriefing.

Selon Cameroon Tribune, des tests effectués vers 11h (soit quand l’ensoleillement devient intéressant pour le dispositif), le champ solaire est parvenu à générer 500 kw. Ce qui représentait plus de la moitié des besoins en énergie de l’aéroport à ce moment de la journée.

«Actuellement, tout ce qui concerne l’éclairage et l’alimentation des équipements d’exploitation de l’aérogare passagers bénéficie de ce nouvel apport en énergie», explique Paul Limbo Bikoi, chef du département Maintenance opérationnelle à l’aéroport de Douala. Il ajoute qu’en moyenne, ce champ fournit quelque 800 kw. Ce qui couvre entre 40 et 50% des besoins en énergie de l’aéroport.

Une autre partie de l’inspection a porté sur la maintenance, préventive et curative, de ces équipements de production d’énergie propre. Aoulad Faouaz, directeur technique de l’entreprise constructrice, a souligné l’importance du drainage des eaux de pluie, du contrôle de l’étanchéité des appareils électriques, tout en suggérant une sécurisation spécifique du champ solaire, même si celui-ci bénéficie de la sécurisation générale de l’aéroport.

Bon à savoir, la garantie sur l’infrastructure est de deux ans. Raison pour laquelle, aux Adc, on parle d’une «réception technique provisoire». «Les tests sont satisfaisants et le réseau est désormais opérationnel», dira  Jacob Mbargaso, directeur de l’aéroport international de Douala. Avant d’ajouter que dans la seconde phase du projet, les Adc comptent acquérir des accumulateurs, qui permettront d’emmagasiner de l’énergie produite par la centrale afin de la réutiliser à loisir, de jour comme de nuit.

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net

Cameroun – Transport aérien: CAMAIR-CO a perdu 1 milliard de FCFA en janvier 2019 suite à l’immobilisation de trois avions

C’est ce qui ressort d’une évaluation de la compagnie nationale aérienne dont les résultats ont récemment été présentés à Douala.

CAMAIR-CO (Cameroon Airlines Corporation) est sérieusement handicapée depuis le début de l’année. Sur une flotte de six avions, seuls trois aéronefs sont fonctionnels. Deux Boeings et un MA60 sont immobilisés depuis plusieurs semaines. Une situation qui impacte négativement le chiffre d’affaires de «l’Etoile du Cameroun».

«En effet, révèlent les données de l’entreprise, à cause de l’immobilisation d’une partie de sa flotte, CAMAIR-CO a engrangé des revenus de 1,4 milliard de FCFA au mois de janvier 2019, performance largement en dessous de la moyenne mensuelle de 2,4 milliards de FCFA enregistrée tout au long de l’année 2018», rapporte le quotidien privé Le Jour, en kiosque ce 14 février 2019.

La compagnie nationale aérienne a en effet, récemment présenté ses résultats pour l’année écoulée. Des performances en nette augmentation, souligne dans son édition de ce 14 février, Cameroon Tribune, le journal gouvernemental. «Près de 350 000 passagers transportés en 2018. Ce chiffre est l’un des indicateurs des performances de la CAMAIRCO l’an dernier. Des chiffres en nette évolution, comparativement à 2017, où la compagnie avait transporté près de 300 000 passagers. Les recettes annuelles sont passées de plus de 16 milliards en 2017 à plus de 26 milliards en 2018. Des performances qui ont un impact significatif sur la vie socio-économique du Cameroun, avec entre autres, plus de 4 000 emplois directs et indirects créés, près de 3 000 personnes sous assurance socio-médicale», renseigne le quotidien bilingue national.

Au chapitre des perspectives, l’entreprise va mobiliser des fonds en vue de l’entrée en service d’avions en location, la réparation des aéronefs immobilisés d’une part et le financement de la relance d’autre part.

«Le développement des partenariats, l’implémentation de la responsabilité sociétale et de la conformité, l’expansion du réseau de desserte domestique et international, la recherche des financements sont inscrits dans les perspectives d’affaires de CAMAIR-CO. La compagnie va également s’investir dans le domaine de la gouvernance. Notamment la normalisation de l’information financière, la modification des statuts de la compagnie, la mise en œuvre des directives relatives à la passation des marchés», indique notre confrère.

Fred BIHINA

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net

La Banque des Etats de l’Afrique centrale recherche un prestataire pour auditer sa Caisse de retraite

La Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), institut d’émission des six Etats de la CEMAC, vient de lancer une sélection internationale ouverte, pour le recrutement d’un cabinet spécialisé, en vue de réaliser un audit actuariel de sa caisse de retraite.

 Les dossiers de soumission des candidats intéressés doivent être déposés dans les services centraux de la BEAC à Yaoundé, la capitale camerounaise, au plus tard le 7 mars 2019 à 12h.

La participation à cet appel à concurrence, apprend-on officiellement, est conditionnée par le paiement de frais d’un montant de 100 000 francs CFA, payable aux guichets de la Banque centrale en espèces, ou par virement bancaire.

BRM

Investir au Cameroun

Suite à une alerte de l’Agence française de sécurité sanitaire, le Cameroun interdit la vente des couches jetables importées

Au sortir d’une réunion de concertation organisée le 12 février 2019, au ministère du Commerce, le gouvernement camerounais a décidé d’interdire provisoirement la vente des couches jetables importées, produits soupçonnés de contenir des substances chimiques nocives pour la santé des utilisateurs.

Cette décision est consécutive à une alerte lancée par l’Agence française de sécurité sanitaire, qui a été répercutée, il y a quelques jours, au ministère camerounais du Commerce par l’Agence nationale des normes et de la qualité (Anor), suscitant une psychose au sein de la population.

Pour l’heure, les vendeurs de couches jetables importées ont été enjoints de les retirer des rayons, en attendant que les différents échantillons soient analysés par le Laboratoire national de contrôle qualité des médicaments et d’expertise (Lanacome).

Les vendeurs récalcitrants verront simplement leurs cargaisons être confisquées, puis ensuite être détruites par les contrôleurs du ministère du Commerce.

BRM

Investir au Cameroun

La SNH fonde des espoirs sur le nouveau champ d’hydrocarbures Tiko dont le potentiel est d’au moins 22 millions de barils d’huile

La Société nationale des hydrocarbures (SNH) fonde des espoirs sur le champ pétrolier Tiko situé en zone maritime, dans le bassin du Rio del Rey.

La SNH explique que la structure géologique du champ Tiko est subdivisée en trois compartiments. Deux des trois compartiments ont fait l’objet de forage. Les évaluations géologiques et géophysiques du compartiment non foré indiquent un potentiel en volume d’huile en place de l’ordre de 19 millions de barils, alors que pour les deux compartiments forés, ces évaluations indiquent un potentiel de 22 millions de barils initialement en place. La SNH précise que des forages additionnels devraient être réalisés afin de déterminer les réserves récupérables escomptées.

Sur le champ Tiko, la SNH exploite déjà le puits dénommé «TKM3». Au démarrage de sa production, ce puits, apprend-on, produisait à un rythme d’environ 1 500 barils par jour, mais en septembre 2018, son débit se situait à 919 barils par jour, correspondant à une baisse naturelle. Ce débit représente un apport de 1% sur la production nationale.

S.A

Investir au Cameroun

L’électricien Eneo lance l’équipement des logements de la Société immobilière du Cameroun en compteurs prépayés

 

La société Eneo, concessionnaire du service public de l’électricité au Cameroun, a lancé le 7 février 2019 dans la capitale économique du pays, l’implémentation du partenariat qui la lie à la Société immobilière du Cameroun (SIC), en rapport avec la modernisation et la sécurisation des installations électriques dans les futurs et anciens logements de la SIC.

Consistant en la réhabilitation des installations électriques des immeubles pour les mettre aux nouvelles normes plus sûres, en l’alignement des nouveaux projets de logements de la SIC aux nouvelles normes d’installations électriques, ce partenariat intègre surtout «la migration en mode prépayé du système de comptage des consommations électriques des clients des immeubles de la SIC».

« Ce qu’il faut retenir, c’est qu’une fois le compteur prépayé installé, la consommation électrique est comme pour les téléphones. Avant de consommer, il va falloir d’abord recharger des unités, une situation qui permettra aux citoyens de mieux économiser l’énergie. Si une citoyenne achète par exemple une carte de 100 KWh, elle contrôlera elle-même sa consommation. En sortant de chez elle, elle peut désactiver si elle le souhaite, et le courant s’en va.», explique le Dg d’Eneo, Joël Nana Kontchou (photo).

Selon Eneo, ce partenariat avec la SIC participe du respect des engagements pris par cette entreprise, dans le cadre du 3ème avenant à son contrat de concession, signé en novembre 2018 avec l’Etat du Cameroun.

BRM

Publicité
24294456_1742463672454101_7386835154202131414_n
257-marche-de-noel23
iroko+
orange2
MTN011217
Facebook
Evènements
Fomaric2019
Yafe2018